Page d'accueil

GWOPYEBWA LAPLAS LA


L' ARBRE SÉCULAIRE DE CHANTAL A LAPLACE

On raconte que les esclaves africains, en attente de leur déportation pour un voyage sans retour, devaient tourner autour d'un arbre baptisé "Arbre de l'oubli". Les esclaves s'y livraient à un rituel. Les femmes, parce qu'elles ont sept côtes, faisaient sept fois le tour de l'arbre et les hommes, neuf fois. L'importance de ce rituel est d'amener les esclaves à oublier leur passé, leur culture, leur origine. Bref, leur identité.

À l'arrivée du navire, l'alerte est donnée. Les captifs s'ébranlent en direction de "l'Arbre du retour". Forts de leurs croyances, ils font alors trois fois le tour de l'arbre pour assurer le retour effectif de leur âme après leur mort sur la terre de leurs aïeux et de leurs dieux. C'est une place sur laquelle s'organise régulièrement la danse des "egungun" (danse des revenants ou Kuvito) car l'adage demeure : " les morts ne sont pas morts " . (Texte publié pour le festival international du film de Ouidah du 8 au 19 janvier 2003).

Mais l'arbre séculaire de Chantal, à Laplace, mériterait bien le nom "d'Arbre du retour des vivants bien vivants" parce qu'il a toujours attendu le retour d'exil des fils chantalais de ces esclaves qui ont forgé une nouvelle patrie pour eux-mêmes, pour leurs aïeux et pour leurs dieux.

retour au sommaire